• init

Humanisme/Coronavirus/Environnement

Saisi dans France Culture

Par Véronique Rebeyrotte : Entretien avec Dominique Bourg 30 mars 2020

Dominique Bourg : « ... ce qui nous arrive n’est pas sans lien avec la destruction des écosystèmes Nous aurions tout intérêt à y voir un ultime avertissement de la nature »

Pour le philosophe, la crise sanitaire provoquée par le coronavirus sera temporaire mais la crise climatique en cours sera bien plus grave car irréversible.

Il y a tous ceux qui ont tiré la sonnette d’alarme depuis des années. Leur discours : nos sociétés sont condamnées à court terme, la planète est épuisée, le système économique à genoux bercée par l’illusion "d’une croissance infinie dans un monde fini". Pourtant, les alertes scientifiques, notamment sur la crise climatique en cours, n’ont pas rencontré d’écho auprès des décideurs. La crise sanitaire du coronavirus sera-t-elle l’occasion de rebattre les cartes ? Les prises de parole en ce sens se multiplient.

Professeur émérite à l’institut de Géographie et de Durabilité à l’Université de Lausanne, ancien président du conseil scientifique de la Fondation Nicolas Hulot tête de liste "Urgence écologie" aux élections européennes de 2019, Dominique Bourg évoque à son tour "le jour d’après". Sans trop d’illusion.

Tout d’abord, êtes-vous surpris par l’ampleur de ce choc sanitaire lié au coronavirus qui se transforme en crise mondiale ?

Entre une chose que l’on peut penser, craindre et sa réalisation, cela n’a rien à voir. Notre manière de comprendre change du tout au tout quand on passe d’une hypothèse abstraite à une réalité. Je vous donne un simple exemple. En début d’année, un scientifique du climat me disait : "Moi-même, je suis un modélisateur, j’ai fait ça toute ma vie. Eh bien, depuis l’été 2018, je ne regarde plus mes modèles de la même manière. Parce qu’on est passé de modèle abstrait à une réalité que je ressens dans mon propre corps." C’est très important et je pense que la leçon vaut pour tout le monde. Effectivement, entre dire "il y a un risque, ça peut nous arriver" et le vivre, très sincèrement, cela n’a pas grand-chose à voir.

Certains ont alerté sur l’extension incessante des activités humaines prédatrices des écosystèmes qui favorise les pandémies, elles-mêmes nourries par une mondialisation effrénée…

C’est ce que l’on dit depuis trente ans. Il y a une relation totalement destructive et profitant à un tout petit nombre d’individus sur Terre des écosystèmes, du système Terre en général. Une attitude totalement destructive. Avec une pure logique de marché, une pure logique de court terme en pensant qu’il n’y a pas de société mais que des individus.

On se retrouve cette fois-ci démunis face à la mort. Et la mort avec le Covid-19 n’est pas très drôle. C’est une mort horrible. On ne le dit pas mais c’est une mort épouvantable. Ce qui se passe est quelque chose d’assez extraordinaire et j’espère bien qu’on ne va pas revenir à l’état d’avant.

"On peut lire ce qui nous arrive comme une forme d’avertissement"

Quand Nicolas Hulot, ex-ministre de l’Ecologie que vous connaissez bien, parle d'"une sorte d'ultimatum de la nature et d’humanité confrontée à ses limites", vous souscrivez ?

Oui, même si la nature n’est pas la seule à nous avertir. Mais ce qu’il veut dire est très clair : effectivement, nous autres humains aurions tout intérêt à voir dans ce qui nous arrive un ultime avertissement de la nature. Parce que ce qui nous arrive n’est pas sans lien avec la destruction des écosystèmes et cette destruction va nous conduire à une planète inhabitable. Quand on est confronté au coronavirus, c’est déjà extrêmement difficile mais la dégradation continue du climat, le fait qu’il y a aura des zones entières sur Terre qui ne seront plus habitables à cause de la montée des températures et du taux élevé d’humidité de l’air, les 2 conjugués. C’est carrément toute la zone tropicale, et même au-delà, qui à 4 degrés de plus (et on sera à 2 degrés de plus en 2040) sera mortelle pour ses habitants plusieurs semaines par an. C’est autre chose que le coronavirus. Je vous rappelle que les dernières récoltes de sorgho, de coton et de blé en Australie ont été réduites de 66%. C’est ça le changement climatique. Et on pourrait parler des méga feux en Australie aussi.

"La crise climatique ne sera elle pas réversible"

Nicolas Hulot a mille fois raison : on peut lire ce qui nous arrive comme une forme d’avertissement. Le défi est de trouver une vitesse de croisière qui nous permette à terme d’avoir des émissions de gaz à effet de serre réduites. Et le problème avant cela, c’est la descente radicale et rapide avec laquelle on devrait procéder. Que ce soit le rapport du GIEC daté d’octobre 2018 ou le rapport 2019 de l’ONU, les deux disent la même chose : si on veut éviter d’exploser les 2 degrés d’ici la fin du siècle, cela signifie que l’on doit dans les dix ans réduire nos émissions de gaz à effet de serre à l’échelle mondiale de plus de 50%. D’ici 2030 !

Avec le coronavirus, on vit une crise sanitaire mondiale dont on ne sait pas si elle fera des dizaines ou des centaines de milliers de victimes. Ce qui est gigantesque en quelques mois et gravissime. Mais ça, c’est un moment. Avec le réchauffement climatique et l’effondrement des écosystèmes, ça va ensemble, c’est une dégradation au très long cours, sans qu’il y ait de réversibilité, sans qu’on puisse imaginer de sortie. Alors que l’on sortira un jour de la crise de coronavirus.

Interrogé par une consoeur de France Culture, l’économiste et écrivain Jacques Attali fait le constat suivant : "L’humanité n’évolue significativement que lorsqu’elle a vraiment peur". La crise sanitaire que nous traversons, la peur qu’elle suscite nous fera-t-elle fatalement évoluer vers une société plus résiliente ?

Il y a peur et peur. Evidemment, nous autres humains, on ne bouge pas si on n’a pas des émotions et la peur est une des émotions qui nous fait bouger. Mais attention, quand la peur se transforme en panique, cela peut nous figer ou alors on prend des décisions qui sont des décisions absurdes. Mais là on peut espérer - mais vous savez l’humanité est bizarre - que, pas simplement la peur mais la peur d’un côté et l’expérience d’un changement radical du quotidien de l’autre avec le coronavirus, c’est quelque chose qui devrait plutôt être un moteur pour nous amener enfin à concevoir la nécessité de devoir changer sur la longue durée nos comportements.

"S’attaquer à la crise climatique, c’est s’attaquer à du structurel et c’est une autre affaire"

D’autant que cet épisode du coronavirus montre que l’on peut prendre des mesures urgentes, très radicales et coûteuses aussi pour s’adapter à un danger qui nous menace. Pourquoi ne serait-ce pas possible face à l’urgence climatique ?

Parce que l’on s’attaque à du structurel. Trouver un nouvel équilibre de nos sociétés n’est pas une mince affaire. C’est toute la difficulté de ce qui est devant nous. C’est vraiment un changement de civilisation que l’on doit conduire de façon rapide, consciente et volontaire.

Les citoyens y sont-ils prêts selon vous ?

Absolument. Plusieurs sondages récents disent en gros qu’une majorité de la population française a déjà réalisé une sorte de bascule culturelle. Je dis bien seulement culturelle. Cela n’amène pas forcément les gens à changer leur comportement, ni même, c’est le plus facile, leur bulletin de vote. Mais en tout cas, ils ont compris que le monde consumériste sans limites était fini et que quelque chose comme une sobriété allait s’imposer. C’est quand même déjà très intéressant.

Je pense donc qu’il y a une espèce de pédagogie de fond qui a connu un coup d’accélérateur extrêmement important avec l’été 2018, parce que c’est la première fois qu’on a vraiment senti en Europe ce qu’était le réchauffement climatique. La démission de Nicolas Hulot a dû jouer aussi son rôle. Voilà. Un mouvement est parti, une bascule des esprits qui est en cours et puis arrive évidemment cet événement gigantesque qui est ce coronavirus à l’échelle mondiale

"Il va falloir se battre contre la tentation des politiques …de ne rien changer"