Tri des patients

Courrier international

L’Allemagne alarmée par le triage des patients dans les hôpitaux alsaciens

le 26 mars 2020

Outre-Rhin, les médias relaient avec inquiétude la publication d’un rapport médical sur les conditions des hôpitaux alsaciens. Par manque de matériel, les patients âgés n’y seraient plus ventilés.“Toute personne de plus de 75 ans n’est plus intubée”, titre la Frankfürter Allgemeine Zeitung. “Des spécialistes allemands publient un rapport alarmant sur Strasbourg”, souligne le Tagesspiegel. En France, “on n’aide désormais plus les patients les plus âgés qu’à mourir”, renchérit Die Welt.

Ce jeudi 26 mars, outre-Rhin, de nombreux journaux s’émeuvent après la publication d’un rapport des plus alarmants : une équipe de médecins allemands de l’institut DIKFM s’est en effet rendue dans un hôpital de Strasbourg et y a constaté “des situations choquantes”, explique Die Welt. Certains “médecins infectés continuent de travailler avec des patients atteints du Covid-19”, décrit le Tagesspiegel. Surtout, “les personnes de plus de 80 ans ne sont plus ventilées”, ce qui peut provoquer des “dommages médicaux collatéraux”. Au lieu de cela, “elles sont placées en soins intensifs et des somnifères leur sont fournis”.

Le triage des patients

Des décisions qui témoignent de la gravité de la situation dans les hôpitaux alsaciens, submergés face à la pandémie et la pénurie de matériel. Et pourtant, il semblerait que “le triage – la sélection des patients ayant de meilleures chances de survie – soit depuis quelque temps à l’ordre du jour en Alsace”, déplore Die Welt. Interrogée par le journal, Brigitte Klinkert, présidente du Conseil départemental du Haut-Rhin le regrette :

Les patients de plus de 80 ans, de plus de 75, certains jours même de plus de 70 ans ne peuvent plus être intubés car nous manquons tout simplement de respirateurs. On ne le dit pas assez souvent, car non seulement nos voisins allemands, mais aussi les Français en dehors de l’Alsace n’ont pas encore conscience de la situation.”

C’est aussi pour cette raison qu’il y a quelques jours “elle a désespérément demandé de l’aide aux hôpitaux allemands”, qui ont accepté d’accueillir des patients.

Une leçon pour l’Allemagne

En visite à Mulhouse mercredi 25 mars, Emmanuel Macron “n’a probablement pas lu le rapport alarmant du personnel allemand sur le CHU de Strasbourg”, indique la FAZ. Mais les médecins qu’il a rencontrés “lui ont fait état de conditions très similaires”. Selon le chef du service des urgences, l’hôpital de Mulhouse “a même été contraint de rationner encore plus radicalement les ventilateurs : seuls les patients de moins de 75 ans peuvent être ventilés”.

En France, la question des critères à prendre en considération, dans le cadre d’un choix médical, fait l’objet de débats éthiques récurrents, note encore Die Welt. C’est pourquoi certains spécialistes jugent aujourd’hui choquant que “les patients atteints de Covid-19, qui bénéficient de soins intensifs, soient sélectionnés uniquement en fonction de leur âge”.

Enfin, rappelle la FAZ, si ce rapport a été réalisé et transmis aux autorités allemandes, c’est dans le but de les alerter. “Si l’on veut éviter une situation similaire à celle que connaissent les hôpitaux alsaciens, des mesures cohérentes sont nécessaires pour les services d’urgence et les hôpitaux [allemands]”, préviennent les experts. Et Die Welt de conclure : “À l’Allemagne d’en tirer des leçons”.

Audrey Fisné

Posts récents

Voir tout

Mars attack

Jusqu’à ce funeste mois de Mars qui a vu basculer dans l’inquiétude, voir la panique, l’ensemble des sociétés occidentales, précédées et suivies par les sociétés non occidentales, l’homme du commun p

CONTACTS
SUIVRE LES ACTUALITÉS DE LA FONDATION

Fondation Clarens

Fondation de France

40 avenue Hoche
75008 Paris

contact@fondationclarens.org

© 2019 Fondation Clarens