• init

Les Amérindiens ont compris que les Blancs ne peuvent rien pour eux


Le Monde

L’anthropologue Bruce Albert estime que les peuples indigènes risquent d’être frappés très durement par la pandémie et, pour certains, de disparaître entièrement.

Anthropologue, directeur de recherche à l’Institut de recherche pour le

développement (IRD), est, depuis l’Uruguay, un fervent

défenseur de la cause des Yanomami du Brésil, avec lesquels il travaille

depuis 1975. Il est l’auteur de plusieurs livres sur la situation des

Indiens d’Amazonie et l’éthique de la recherche anthropologique, dont La

Chute du ciel. Paroles d’un chaman yanomami avec Davi Kopenawa (Plon,

Paris, 2010).

Propos recueillis par Nicolas Bourcier le 13 avril 2020 à 06h00 -

Pourquoi le coronavirus est-il si dangereux pour les populations indigènes ?

Ce virus est d’abord dangereux car les peuples amérindiens n’ont pas

plus d’immunité que nous face au SARS-CoV-2. Mais il l’est beaucoup plus

encore car leurs territoires sont envahis par des chercheurs d’or et des

forestiers clandestins, par définition sans contrôle sanitaire, qui

risquent de les contaminer massivement. Par ailleurs, ils ont peu accès

à l’information épidémiologique et encore moins aux systèmes

d’assistance sanitaires. Ainsi, au Brésil, par exemple, ces peuples sont

abandonnés à eux-mêmes. Le Secrétariat spécial à la santé des indigènes

(Sesai) n’a pris aucune mesure d’urgence adaptée dans la prévention

contre la propagation du coronavirus dans les territoires amérindiens.

Dans ces conditions, ces peuples risquent d’être encore une fois frappés

très durement et, pour certains, de disparaître entièrement.

Les communautés en contact avec les villes sont-elles en péril ?

Tous les villages sont en très grand danger. Ceux qui sont proches des

villes le sont d’autant plus qu’ils sont en contact permanent avec le

reste de la population brésilienne et qu’ils seront les derniers à

pouvoir avoir accès au système de santé publique, qui est déjà dans une

situation chaotique.

Existe-t-il des solutions pour lutter contre la pandémie en terres

indiennes ?

Les Amérindiens ont compris que les Blancs, qui n’ont ni vaccin ni

médicament et qui n’arrivent pas même à se soigner eux-mêmes, ne peuvent

rien pour eux. Ils ont, pour leur part, une très longue et tragique

expérience d’exposition aux épidémies introduites par les Blancs. Ils