Gangs en Colombie

Reporterre Le quotidien de l'écologie

Source : The Guardian 1er avril 2020

En Colombie, les gangs profitent du confinement pour assassiner des militants des droits humains

Trois activistes des droits humains ont été tués après introduction de mesures partielles de confinement en Colombie, dans la semaine du 16 mars (le pays sud-américain a instauré le confinement généralisé mercredi 25 mars). Marco Rivadeneira a été assassiné dans la province méridionale de Putumayo, Ángel Ovidio Quintero a été abattu dans la région occidentale d’Antioquia et Ivo Humberto Bracamonte a été tué à la frontière orientale avec le Venezuela. Rester au même endroit fait des militants de l’environnement des cibles faciles.

Depuis qu’un accord de paix historique a été mis en œuvre début 2017 avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), un groupe rebelle de gauche, 271 militants ont été tués sans réaction significative du gouvernement d’Iván Duque. Maintenant que le gouvernement colombien se concentre sur la lutte contre la pandémie de Covid-19, les activistes disent que leur situation est encore plus dangereuse.

« Je reçois davantage de menaces depuis que tout le monde parle du coronavirus, a dit au Guardian Carlos Paez, un militant pour le droit foncier. Un des messages disait qu’ils savent qui je suis, et que maintenant il est l’heure de m’éliminer.

Les gangs, qui profitent du trafic de drogue, de l’exploitation minière illégale et des rackets, considèrent les chefs indigènes et les activistes des droits humains et environnementaux comme des obstacles à leurs activités lucratives.

Une coalition d’ONG locales et de plus de 100 communautés rurales ont appelé dans un communiqué à un cessez-le-feu pendant l’épidémie et avertissent que d’autres meurtres suivront.

Posts récents

Voir tout

BURKINA : LE MANQUE D'EAU

Burkina : la vulnérabilité des quartiers pauvres privés d’eau courante Le Monde mardi 14 avril 2020 Ouagadougou - correspondance Sophie Douce Dans les bidonvilles, les habitants craignent le virus sa

CONTACTS
SUIVRE LES ACTUALITÉS DE LA FONDATION

Fondation Clarens

Fondation de France

40 avenue Hoche
75008 Paris

contact@fondationclarens.org

© 2019 Fondation Clarens