Corona virus, l'espoir .

__Avvenire.it

L'assedio del male e le risposte. Cantando già l'alba che viene [traduction automatique revue] Danilo Paolini samedi 14 mars 2020

Corona virus, l'espoir : les réponses au mal qui nous assiège : Chanter l'aube à venir

Nous plaisantons et tremblons. Nous vivons le plus grand drame collectif depuis la dernière guerre, mais jamais comme aujourd'hui nos smartphones n'ont été envahis par des "cartes postales" numériques et des vidéos ironiques sur le virus, sur la quarantaine, sur les villes désertes, sur les familles modernes qui se retrouvent soudain rassemblées à la maison pour cause de décret du Premier ministre. Il y a celui du chien loué à l'ensemble de la copropriété pour sortir tour à tour, il y a l'autre que "je suis, avec ma famille depuis trois jours: ils ont l'air de bonnes personnes", il y a "quelle heure est diffusée ce soir Conte ? ". Et puis encore des parodies de chansons, comptines et vidéos amateures et professionnelles, qui pour les nommer tous occuperaient un journal entier. Alors on rit (mieux, on sourit) au moment de la pandémie. Mais à l'intérieur de soi on tremble. On tremble pour le vieux parent qui vit seul et loin, pour le petit-fils qui naîtra bientôt en pleine urgence sanitaire, pour les enfants qui ne vivent pas avec nous et que l'on ne peut pas voir.

Heureusement, il y a le numérique, la technologie tant critiquée, qui nous permet d'appeler par téléphone, de correspondre en vidéo, de communiquer en groupe. Ce n'est pas aussi agréable que d'embrasser une maman ou d'embrasser un fils, ce n'est pas aussi heureux qu'un déjeuner en famille avec des grands-parents, des oncles et des petits-enfants. Mais ça sert. Ça sert à nous faire rire, à trembler un peu moins. C'est l'Italie, la beauté de l'Italie, et vous n'y pouvez rien. Nous sommes le pays de Gaber et Jannacci, de Sordi, de Gassman et de Tognazzi, de Totò et Eduardo. Nous savons nous moquer de nos angoisses, rire face à la peur. C'est Milan, c'est Rome, c'est Naples, c'est Palerme. Cela ne fait aucune différence.

« Ca passera pendant la nuit », bien sûr, cela passera. Et peut-être que l'aube nous trouvera plus unis, parce que peut-être face à cet ennemi inattendu et invisible nous redécouvrons la communauté et le peuple, dans le sens le plus élevé et le plus noble du terme. Nous respectons les règles données pour la santé de chacun, nous nous tenons dans une rangée espacée du supermarché et nous ne le faisons pas parce qu'il y a une pénalité, mais parce que nous savons que c'est la seule arme que nous avons pour vaincre.

Des citoyens, pas des sujets. Quelle fierté ces drapeaux tricolores accrochés ça et là aux fenêtres, sans que cela concerne la Coupe du monde. Quelle émotion les applaudissements choraux envers les médecins et les infirmières, les forces de l'ordre, engagés sans s'arrêter (et ils ne veulent pas s'arrêter), jusqu'à ce que ce soit fini: ils sont nos champions aujourd'hui, notre équipe nationale. Comme c'est beau ces nombreux Italiens qui se sont retrouvés à chanter à pleins poumons, de balcon en balcon, l'hymne de Mameli ( que l'on peut appeler "La chanson des Italiens"), "Dans le bleu peint en bleu" de Mimmo Modugno, "Azzurro" de Paolo Conte, "Viva l'Italia" de Francesco De Gregori. L'Italie qui a cette fois peur, mais l'Italie qui résiste. Toute l'Italie.

____________________________________________________________________________

CONTACTS
SUIVRE LES ACTUALITÉS DE LA FONDATION

Fondation Clarens

Fondation de France

40 avenue Hoche
75008 Paris

contact@fondationclarens.org

© 2019 Fondation Clarens